LAMPERTSLOCH

Envoûtante harmonie

Les musiciens ont proposé un programme très attrayant (Photo DNA)

Pour la quatrième édition des concerts de printemps, l'harmonie Concordia, présidée par Serge Fuchs et dirigée par Thierry Fuchs, a fait salle comble, samedi soir. Cette harmonie, bien rajeunie, est l'un des 13 ensembles qui sont un formidable vivier de musiciens et qui font la richesse de la culture musicale de l'Alsace en général et de l'Outre-Forêt en particulier.

               Les trois parties de ce charmant programme, avec un subtil dosage des genres, conjuguaient tous les styles avec un égal bonheur. Allant du solennel classique au moderne bien rythmé en passant par la nostalgie du folklore ou ce brin de romantisme du traditionnel. Sans oublier l'entraînant ragtime et autre samba. La trentaine de musiciennes et de musiciens, sous la baguette souple mais énergique de Thierry Fuchs, ont bien gagné en maturité harmonique. Cadrant leurs attaques sur l'injonction du chef, l'harmonie réagit à toutes ses sollicitations, met en exergue toute l'étendue de ses pupitres, décline le mezzo-forte ou le piano à souhait, met les belles individualités au service du collectif pour le plus vif plaisir d'un public charmé.


                La seconde partie du programme était assurée par les cuivres d'église de l'Outre-Forêt, sous la direction d'Henri Orth. Cette formation, accueillant de nombreux jeunes, a prouvé que bien qu' elle pouvait également interpréter du ragtime ou du tango, prestation fort bien appréciée par l'auditoire au vu de ses longues ovations.  La troisième partie, tout comme la première partie, était assumée par l'harmonie Concordia avec des morceaux tels que « Globetrotter », « Kuschel-Polka », « Adagietto », « Abba Gold », « You're the devil in disguise », « Antonin's New Wold » (une harmonisation plus contemporaine de la Symphonie du Nouveau monde de Dvorak), « A la lisière », « Bella Maria » ou « You'll never walk alone ». Freddy Thalmann officiait comme présentateur avec verve et humour.  Le public a longuement et chaleureusement applaudi, offrant la plus belle récompense au chef et aux musiciens qui ont sacrifié trois fois à la tradition du bis, après un impressionnant solo de batterie de Raphaël.

© Dernières Nouvelles D'Alsace, Lundi 8 Mai 2000.

Sommaire - CD Concordia  -  Les musiciens - Photos - Historique et ActivitésContacts

Index articles de presse